La Global Water Initiative (GWI) était un programme de recherche-action et de plaidoyer qui a pris place de 2008 à 2017. Le projet est maintenant clos. Ce site n'est plus mis à jour, mais l’ensemble de ses ressources restent accessibles jusqu'au 1er octobre 2020, date à laquelle il sera également fermé. Après cette date, des informations sur le projet et les principales publications de GWI resteront disponibles sur le site internet de l'IIED et dans sa section Publications.

  • English
  • Français

Niger

Aménagements hydro-agricoles : un guide pratique pour sécuriser l’État et les producteurs au Niger

Français

Au Niger, dans un contexte menaçant la durabilité des aménagements hydro-agricoles, la sécurisation foncière permet de pérenniser les investissements de l’État et l’avenir des exploitants. Un guide pratique, le Guide de sécurisation foncière sur les aménagements hydro-agricoles au Niger, permet aujourd’hui d’accompagner et de faciliter cette opération au niveau national.

Guide de sécurisation foncière sur les aménagements hydro-agricoles au Niger

Français

D’après le recensement de la direction de la mise en valeur et de l’analyse économique de l’office national des Aménagements hydroagricoles (ONAHA), le Niger compte aujourd’hui 85 aménagements hydro-agricoles (AHA), qui s’étendent sur environ 16 000 hectares et font travailler plus de 40 000 exploitants. Dans le cadre du programme « Kandadji » de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger, ce sont près de 45 000 hectares supplémentaires qui devraient être aménagés d’ici à 2030. 

Guide ONAHA - Outils à télécharger

Français

Cette page regroupe l'ensemble des outils mis à disposition pour conduire les opérations de sécurisation foncière sur les aménagements hydro-agricoles au Niger. Ces documents, qui s'utiliseront en complément du guide publié par l'office national des Aménagements hydro-agricoles (ONAHA), visent à faciliter et à guider la mise en oeuvre des activités pour les futures équipes en charge des opérations. 

Étude sur l’expérience du conseil agricole dans les périmètres nouveaux (Kandadji, Famalé et Gabou) et anciens (Namardé Goungou et Konni) au Niger

Français

Au Niger, l’office national des Aménagements hydro-agricoles (ONAHA) a sollicité l’appui de GWI afin d’examiner comment rendre plus performantes les exploitations agricoles familiales sur les aménagements hydro-agricoles (AHA). Dans le souci d’améliorer les dispositifs de conseil agricole, cette étude a été menée à travers un diagnostic sur six AHA (Konni 1, Konni 2, Namardé Goungou, Famalé, Gabou et Kandadji) afin d’identifier les forces et les faiblesses dans la mise en oeuvre du conseil agricole et de la gestion de l’eau selon l’âge (ancien, nouveau) et les types de productions (rizicult

Atelier de travail sur le foncier irrigué au Sahel (Task Force S2IP)

Français

Suite au forum « Forger la résilience et accélérer la croissance au Sahel et en Afrique de l’Ouest par la relance de l’agriculture irriguée » qui s’est tenu le 31 octobre 2013 à Dakar, les parties prenantes ont rédigé une déclaration dite « de Dakar » qui vise i) à augmenter de 600 000 ha la surface des terres irriguées dans six pays du CILSS; ii) à changer d’approche en proposant des planifications tenant compte de la diversité des solutions possibles, et en proposant des rôles clarifiés et complémentaires pour le public et le privé, y compris pour les 400 000 existant.

La coordination nationale des usagers(ères) des ressources naturelles du Bassin (CNU) au Niger dans le cadre de ses activités autour du barrage de Kandadji, a organisé un débat télévisé intitulé « Kandadji : Compensation des terres agricoles, quelles leçons capitaliser ? » sur le plateau de la chaine de télévision privée Canal3 Niger sur financement du projet GIZ d’appui à l’ABN.

Pays: 

Le film documentaire « Kandadji: Réinstallation des populations, quelles leçons tirées » a été préparé par la Coordination Nationale des Usagers(ères) des Ressources Naturelles du Bassin du Niger au Niger (CNU-Niger) avec la télévision privée Canal3 Niger.

Pays: 

Exemple de procès-verbal de la consultation sur le foncier menée avec les populations affectées (PAP) par le barrage de Kandadji

Français

Exemple d'un procès-verbal signé par une des populations affectées par le barrage de Kandadji suite à un processus de consultation sur l'expropriation de leurs terres pour 'usage public' et la proposition d'un bail emphytéotique comme compensation 'juste et préalable' pour sécuriser leur accès au foncier.

Notes de réflexion sur l’état des textes et les besoins de réforme pour la gestion du foncier irrigué au Niger

Français

Le début de la mise en oeuvre du Programme Kandadji a fourni l'occasion de mener d’importants travaux et réflexions autour des textes sur le foncier irrigué au Niger, lesquels ont donné lieu à des recommandations fortes pour améliorer le cadre juridique de la gestion du foncier public, en particulier le foncier irrigué.

Pages

Points clés

  • Zone d’intervention: La région de Tahoua. Les départements de Madaoua (4 communes: Madaoua, Galma, Azérori et Sabon Guida) et Bouza (2 communes: Bouza et Karofane).

  • Bassin versant: la Basse vallée de la Tarka

  • Projet implémenté par: CARE et CRS, avec l’appui de CREPA et Demi Eau

Situation de référence

Une étude de base dans la Basse vallée de la Tarka a permis de ressortir le faible taux d’accès à l’eau potable des populations, un taux faible d’accès aux infrastructures d’assainissement, les mauvais comportements en matière d’hygiène et assainissement et la manque de concertation des acteurs sur la gestion des ressources en eau.

La nappe est très proche de la surface (<6m) dans la Tarka et les agriculteurs irriguent leurs spéculations de saison sèche (oignions notamment) à partir de motopompes diesel. La surexploitation de la nappe ainsi que sa pollution par à la fois les produits agricoles (fertilisants, pesticides et herbicides) et les latrines traditionnelles, appelle à une gestion plus concertée afin de garantir son exploitation durable.

Le projet GWI visait donc à accroître de manière durable, l’accès aux services d’eau et d’assainissement aux populations pauvres et vulnérables situées dans la zone d’intervention.

Réussites du projet

  • L’accès à l’eau: Un changement très significatif a été observé de 2010 à 2012 sur la proportion des ménages qui déclarent avoir réduit de manière sensible le temps de collecte de l’eau pour leurs besoins. En 2010, seulement 41% des ménages enquêtés sur 400 déclarent passer moins de 30 minutes. En 2012 sur la même proportion des ménages enquêtés, 51% ont déclarées que le temps de corvée est moins de 30 minutes. Ceci se justifie par les réhabilitations de 2010 (2 forages équipés de PMH et 6 puits villageois ont été réhabilités) et les réalisations de 2011 (9 puits villageois type OFEDES ont été réalisés) dans les communautés qui avaient de sérieux problème d’accès à l’eau avant le démarrage des activités du GWI Niger.
  • L’assainissement: GWI Niger a promu la mobilisation sociale autour de l’adoption de bons comportements en matière de l’hygiène et assainissement. De 10 communautés, le GWI Niger a étendu ses actions à 20 villages déclenchés au total, avec plus de 2400 latrines construites sans subvention du projet. Deux communautés certifiées sans défécation à l’air libre (FDAL) et plus de 5 communautés en fin de septembre 2012 dont le niveau de respect d’hygiène et d’abandon de la Défécation à l’Air Libre (DAL) est très appréciable. Certains leaders n’hésitent pas à se rendre dans les hameaux voisins pour sensibiliser les villageois sur l’importance de l’abandon de la DAL et l’adoption de bons comportements en matière de l’hygiène et assainissement. Le GWI Niger a accompagné les maçons formés à mettre en place un groupement d’intérêt économique (GIE) avec comme objectif la promotion des latrines sécurisantes et durables (DASH) dans les villages ATPC à travers la commercialisation des dalles préfabriquées à faible coût. Les enseignants aussi continuent à sensibiliser les élèves surtout sur le lavage des mains à l’eau et au savon, et les parents se mobilisent pour construire des latrines au niveau des écoles. Les émissions radios en direct avec les auditeurs et en langue sur la radio locale a permis d’obtenir tous ces résultats, en effet les témoignages enregistrés lors des missions de supervision des comités départementaux ATPC ont suscité beaucoup de questionnements et d’intérêts pour les questions d’hygiène et assainissement de la part des villages non touchés par le projet. Au niveau de la basse vallée de la Tarka, on note que le projet GWI a véritablement éveillé les consciences sur la thématique. Les journées communales de l’eau et de l’assainissement organisées avec l’appui du projet GWI ont été uniques car c’est une première expérience au Niger où une commune organise une journée au cours de laquelle les usagers sont en face de leurs élus et échangent sur la problématique de l’eau et de l’assainissement et les cas de mauvaise gouvernance sont débattus sans complaisance et les meilleurs villages sur le plan de la gestion de l’eau et l’assainissement sont récompensés.
  • La gestion intégrée des ressources en eau (GIRE): GWI Niger à mis en place des structures de gestion de l’eau au niveau du bassin de la Tarka notammentà travers:
  • Une résolution écrite signée par les autorités administratives pour accompagner le processus GIRE ;
  • la mobilisation d’un nombre important de villages (90 à 120 villages) par comité local de l’eau (le GWI Niger a mis en place 4 comités locaux de l’eau) autour de la question de la gestion de la ressource et ressources connexes;
  • la participation importante des femmes au processus de mise en place des comités locaux (deux délégués par village: un homme et une femme);
  • les discours au niveau local qui prennent en compte le concept GIRE;
  • les conférences GIRE organisées au niveau régional (Tahoua), au niveau national (Niamey) et au niveau des régions des de Zinder et Diffa pour influencer les acteurs de la zone de concentration du financement DANIDAont permis de sensibiliser un large public sur le concept GIRE ;
  • la reconnaissance des comités locaux de l’eau par les arrêtés officiels délivrés par les Préfets et aux ateliers d’échanges avec les élus communaux qui les considèrent maintenant comme des partenaires incontournables dans le cadre de la gestion de l’eau;
  • la prise de conscience des acteurs sur leur responsabilité dans le cadre de la gestion de l’eau suite à la vulgarisation du Code de l’Eau et de ses décrets d’application, le suivi qualitatif et quantitatif de la ressource en eau avec l’appui des structures communautaires.

Renseignez-vous:

Téléchargez ici des rapports, des outils techniques, et des articles écrits par GWI au Niger.

Personnel de coordination

ROLE:

NOM:

ADRESSE:

Coordonnateur national

Boureima ADAMOU

adamoubrema@gmail.com

Assistant technique de la GIRE

Souley GONDA

gondasouley@yahoo.fr

Assistant technique de suivi évaluation et apprentissage

Kabirou MOUTARI

moutarikabirou@yahoo.fr

Assistant technique de l’hygiène et l’assainissement et de la fertilisation écologique

Mahamadou BOUDA

mbouda_73@yahoo.fr

Assistant technique des infrastructures

Moussa DJIBRINA

rhissag2@yahoo.fr

Assistant technique de la mobilisation sociale et renforcement des capacités

Moustapha Lamine ABAGANA

lsoumalamine1964@hotmail.fr