La Global Water Initiative (GWI) était un programme de recherche-action et de plaidoyer qui a pris place de 2008 à 2017. Le projet est maintenant clos. Ce site n'est plus mis à jour, mais l’ensemble de ses ressources restent accessibles jusqu'au 1er octobre 2020, date à laquelle il sera également fermé. Après cette date, des informations sur le projet et les principales publications de GWI resteront disponibles sur le site internet de l'IIED et dans sa section Publications.

  • English
  • Français

GIRE: utilisateurs nombreux, ressource limitée

Qu'est-ce que la GIRE?

La gestion intégrée des ressources en eau est une approche globaliste, collaborative et tournée vers l'avenir de la gestion des ressources en eau au sein des bassins versants. Il s'agit d'un processus dynamique qui nécessite un suivi régulier, la participation de toutes les parties prenantes et des ajustements basés sur la constante évolution des précipitations et des débits fluviaux.

Français
Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) : De nombreux usagers, peu d'eau

Pourquoi avons-nous besoin d'une approche intégrée?

L'accès à l'eau est intimement lié à la santé humaine et aux moyens de subsistance durables et il dépend de l'environnement physique. Les intérêts des secteurs public et privé en matière d'eau sont multiples, divergents et, dans certains cas, en opposition. Les actions d'un usager ont souvent des effets sur les autres et lorsque des forces opposées sont suffisamment puissantes, il s'ensuit des tensions pour déterminer à quels volumes d'eau ont droit quels bénéficiaires. On se trouve alors devant une dynamique de concurrence et non plus de partage, ce qui, par ricochet, peut nuire aux opportunités de développement de chacun.

Les agriculteurs, les éleveurs, les pêcheurs, les producteurs d'énergie, les prestataires de services de transport et l'industrie touristique se disputent tous des ressources en eau de plus en plus rares, d'autant plus que la dégradation de l'environnement et une utilisation toujours plus étendue réduisent la qualité et la quantité de ces ressources. Une approche intégrée cherche à aider tout le monde à se mettre d'accord sur la meilleure façon de conserver et d'utiliser l'eau disponible.

GIRE participative au niveau communautaire

La GIRE constitue le prisme à travers lequel nous avons conçu nos programmes. En fait, le créneau spécifique de la GWI traduit les concepts de la GIRE au niveau communautaire. Cela veut dire qu'elle rassemble des voix et des groupes d'intérêt multiples autour d'un point d'intervention logique, comme un bassin fluvial, un sous-bassin, voire un point d'eau isolé. Par exemple, nous avons aidé des parties prenantes à élaborer des plans de gestion locale participative des ressources en eau pour des boulis individuels et pour des sous-bassins couvrant plusieurs communes, ainsi que des accords de gestion des bassins transfrontaliers.

Partager les bénéfices des grands barrages

Plus de 150 grands barrages ont été construits en Afrique de l'Ouest au cours des 50 dernières années et nombre d'autres sont planifiés. Ces barrages permettront de répondre à la demande régionale en eau, en aliments et en énergie. Mais les réservoirs peuvent entraîner le déplacement de milliers de personnes et celles qui sont touchées ne profitent pas nécessairement des barrages.

Nous estimons qu'une planification participative, volontaire et bien informée débouchera sur une utilisation de l'eau durable et équitable et influencera les politiques gouvernementales. Ainsi, en utilisant les meilleures pratiques de la GIRE, nous avons piloté l'approche de «partage des bénéfices» en matière de planification et de gestion des grands barrages en Afrique de l'Ouest.

Nous avons analysé le «partage des bénéfices» sur les sites de six barrages existants au Burkina Faso, au Mali et au Sénégal, en étudiant avec soin l'expérience locale et comment l'impact positif des grands barrages pouvait être véritablement partagé entre les différentes parties prenantes. Dans cette section, vous trouverez des comptes rendus de projet et des outils techniques pour illustrer comment les enseignements tirés de cette approche de partage des bénéfices pourront, à l'avenir, contribuer à orienter la prise de décisions. Plus précisément, dans la planification des nouveaux barrages de Kandadji (au Niger) et de Fomi (en Guinée), nous travaillons en étroite collaboration avec les autorités régionales et nationales et les organismes de bassins fluviaux pour améliorer le partage des bénéfices avec la population locale.