La Global Water Initiative (GWI) était un programme de recherche-action et de plaidoyer qui a pris place de 2008 à 2017. Le projet est maintenant clos. Ce site n'est plus mis à jour, mais l’ensemble de ses ressources restent accessibles jusqu'au 1er octobre 2020, date à laquelle il sera également fermé. Après cette date, des informations sur le projet et les principales publications de GWI resteront disponibles sur le site internet de l'IIED et dans sa section Publications.

  • English
  • Français

L'eau pour l'agriculture (2012-17)

L'irrigation à grande échelle pour la production rizicole est une stratégie gouvernementale pivot pour la sécurité alimentaire en Afrique de l'Ouest. Sur les 150 barrages qui existent dans la région, 90 soutiennent déjà l'irrigation et 39 autres barrages sont prévus. Les pays du bassin du Niger envisagent de quadrupler les investissements dans l'irrigation à grande échelle pour couvrir plus de 2 000 000 hectares d'ici à 2025, moyennant un coût de l'ordre de 20 000 dollars par hectare.

Français

Toutefois, la productivité des systèmes d'irrigation existants est bien inférieure aux normes de rendement acceptables pour de multiples raisons, notamment :

  • ils souffrent d'une grave sous-exploitation de leur capacité ;
  • les rendements agricoles sont faibles ;
  • le niveau de risque financier et d'incertitude est élevé ;
  • l'efficacité de l'adduction d'eau et de l'utilisation de l'eau compte parmi les plus faibles au monde.

La faiblesse du taux de productivité agricole des périmètres irrigués à grande échelle est l'une des raisons pour lesquelles le riz est la denrée agroalimentaire importée la plus importante de la région. Principalement importée d'Asie, elle représente environ 20 pour cent des importations agricoles ouest-africaines au cours de ces trente dernières années.

Les pays du bassin du Niger envisagent de quadrupler les investissements dans l'irrigation à grande échelle pour couvrir plus de 2 000 000 hectares d'ici à 2025, moyennant un coût de l'ordre de 20 000 dollars par hectare.

L'agriculture au sein des périmètres actuels d'irrigation à grande échelle a besoin d'être rentable à la fois pour l'État – en termes de rendement économique et de sécurité alimentaire nationale – et pour les exploitants familiaux qui cultivent les parcelles puisque leurs moyens de subsistance en dépendent. À l'avenir, les États devront s’interroger – sur la base de données factuelles solides et détaillées – si les périmètres d'irrigation à grande échelle sont bien la meilleure façon d’investir leur argent et si ce sont là des 'investissements de qualité'.

La phase « L'eau pour l'agriculture » de la GWI en Afrique de l'Ouest est mise en œuvre par IIED et l'UICN, pour en savoir plus voir À propos de nous. Notre travail s’articule autour de trois objectifs stratégiques, avec un focus transversal sur le rôle des femmes :

Faire des bons choix en matière d'investissements et de politiques

Nous voulons contribuer à accroître la prise de conscience et stimuler le débat au sujet des impacts sur les moyens de subsistance et de la viabilité économique des périmètres d'irrigation intensifs à grande échelle. Ce point est particulièrement pertinent pour déterminer comment aborder la sécurité alimentaire dans un contexte de variabilité climatique.

Pour en savoir plus …

Renforcer la responsabilisation des exploitants familiaux tout au long de la chaîne de valeur agricole

Nous voulons contribuer à améliorer le soutien aux exploitants familiaux dans les périmètres d'irrigation à grande échelle existants, afin d'améliorer durablement la productivité et les pratiques agricoles et tirer les leçons pour les futurs projets. Cette approche englobe le partage et l'adoption de pratiques agricoles innovantes.

Pour en savoir plus …

Renforcer la gouvernance et partager les bénéfices

Nous voulons contribuer à améliorer les régimes de gouvernance qui structurent les systèmes d'irrigation actuels et futurs associés aux barrages. Cela pour veiller à ce que l'eau, la terre et les bénéfices économiques issus des ouvrages hydrauliques soient partagés équitablement, et ainsi réduire les conflits.

Pour en savoir plus …

Renforcer le rôle des femmes dans l'agriculture irriguée

Nous voulons faire en sorte que les femmes soient à même de jouer un plus grand rôle dans la définition des politiques et pratiques agricoles. Cela implique de leur donner la possibilité d'accéder à un régime foncier plus sûr, aux ressources et au soutien nécessaires pour améliorer leurs moyens de subsistance.

En savoir plus …