La Global Water Initiative (GWI) était un programme de recherche-action et de plaidoyer qui a pris place de 2008 à 2017. Le projet est maintenant clos. Ce site n'est plus mis à jour, mais l’ensemble de ses ressources restent accessibles jusqu'au 1er octobre 2020, date à laquelle il sera également fermé. Après cette date, des informations sur le projet et les principales publications de GWI resteront disponibles sur le site internet de l'IIED et dans sa section Publications.

  • English
  • Français

La conception des systèmes durables d'approvisionnement en eau gérés par la communauté.

Lorsque les usagers de l'eau participent à la prise de décisions et s'approprient des systèmes d'eau locaux, ces systèmes ont beaucoup plus de chances de fonctionner de façon durable. En outre, maintenant qu'à travers toute l'Afrique de l'Ouest les élus locaux sont désormais légalement responsables des services d'eau, ils doivent participer à toutes les discussions ayant trait à de bons systèmes locaux de gestion de l'eau. Reconnaissant cet état de fait, nous nous sommes efforcés d’aider les communautés et les autorités locales à travailler ensemble pour gérer leurs propres services d'eau de manière efficace.

Avant tout, nous voulions éviter les interruptions de service et nous avons donc soutenu de bons systèmes de gestion des approvisionnements en eau qui dépendent à la fois des structures d'un comité traditionnel et moderne et qui soient liés au gouvernement décentralisé et au secteur privé d'une manière permettant de renforcer la durabilité à long terme des services d'eau.

Nous avons contribué à l'amélioration de la communication et de la coopération entre les associations d'usagers de l'eau et les autorités locales (grâce aux Journées communales de l'eau, par exemple), et en prodiguant une formation technique à l'intention des comités locaux chargés de l'eau.

Les documents énumérés ci-dessous donnent juste quelques exemples pratiques de la manière dont la GWI a abordé la conception de systèmes pour des services d'eau durables gérés par la communauté en Afrique de l'Ouest.

Publications

 

Le Comité technique conjoint constitué par cet accord formalise la collaboration en matière de gestion des ressources en eau entre le Mali et le Burkina Faso.

L’entretien des installations et des infrastructures hydrauliques constitue un défi de taille dans la partie malienne du sous-bassin du Sourou.

Les Journées Communales de l’Eau sont une occasion pour un dialogue fructueux entre les populations locales et leurs élus.

Comme leur nom l’indique, les systèmes d’eau à usages multiples, partent du principe que l’eau est requise à de multiples fins, et contournent donc la tension classique que l’on trouve entre les approvisionnements en eau à usage domestique et les besoins en eau pour l’irrigati

Compte tenu de leurs ressources en eau partagées, la nécessité d’une collaboration transfrontalière semble évidente aux yeux des communautés et des pouvoirs publics du Burkina Faso et du Mali.

Les rôles et attributions de chaque membre clé du Comité transfrontalier de gestion du Sourou (CTGS) sont définis dans ce document. La présidence du Comité alterne entre le Mali et le Burkina Faso et lorsqu’un pays occupe la présidence, il accueille aussi les réunions.

Les éleveurs nomades jouent un rôle important dans l'industrie de l'élevage au Ghana et ailleurs en Afrique de l'Ouest. Or, des conflits surgissent lorsqu’ils sont contraints de partager les ressources naturelles avec les communautés agricoles sédentaires.

Dans cet exemple pratique d’un accord de cofinancement au Mali, le partenaire de la GWI, CARE International, et la commune malienne de Sokoura ont cofinancé un grand puits dans le village de Mankanou.

Les Journées Intercommunales de l’Eau sont des occasions utiles et ludiques d’organiser la formation simultanée en matière d’eau et d’assainissement de plusieurs communes tout en créant une opportunité de dialogue fructueux entre la population locale et ses élus.

La GWI a testé la qualité de l’eau de 50 forages dans le sous-bassin de la Sirba, au Burkina Faso, en passant au crible une grande diversité de propriétés physiques et chimiques.

La GWI a testé la qualité de l’eau de 50 forages dans le sous-bassin de la Sirba, au Burkina Faso, en passant au crible une grande diversité de propriétés physiques et chimiques.

Ce rapport documente l’expérience de la GWI lors de l’établissement d’un Comité local de l’eau pilote à Madaoua, dans le sous-bassin de la vallée de la Tarka au Niger.

Un Comité local de l’eau est un maillon essentiel de la chaîne de gouvernance des ressources en eau, qui apporte une réponse immédiate aux problèmes qui se présentent localement.

Ces dernières années, les ressources en eau dans la région de Mopti au Mali ont diminué, alors que la demande en eau n’a cessé d’augmenter.