La Global Water Initiative (GWI) était un programme de recherche-action et de plaidoyer qui a pris place de 2008 à 2017. Le projet est maintenant clos. Ce site n'est plus mis à jour, mais l’ensemble de ses ressources restent accessibles jusqu'au 1er octobre 2020, date à laquelle il sera également fermé. Après cette date, des informations sur le projet et les principales publications de GWI resteront disponibles sur le site internet de l'IIED et dans sa section Publications.

  • English
  • Français

Travailler bien en consortium : confiance, partage, stratégie

Tous les partenaires du collectif ont déployé beaucoup d'efforts pour collaborer au travers de communications régulières et transparentes, en créant des procédures et des pratiques d'exploitation communes et en testant conjointement sur le terrain des innovations techniques. Les documents énumérés ci-dessous illustrent notre approche concernant les travaux du collectif.

 

Les huit choses qui ont porté des fruits pour la GWI

 

  1. Avoir conscience du fait que gagner la confiance prend du temps, nécessite un maximum de transparence avec des communications en temps réel et un effort délibéré pour faire le point et réfléchir au fil des progrès. L'ordre du jour des priorités du collectif régional a été défini par les participants à la GWI.
  2. Le comité stratégique régional (composé du personnel d'encadrement des partenaires du collectif régional) a examiné/approuvé les options d'une intervention stratégique dans le cadre du programme, ainsi que les projets et les budgets proposés par les collectifs des pays. Ce comité a bien fonctionné et était à la base de la coordination du programme. Il a pris des décisions stratégiques (pas opérationnelles).
  3. L'IIED a coordonné le programme et présidé le comité régional mais il n'a recu que 2,5 % du budget de programme sur le terrain. Ceci a permis un rôle plus impartial que si l'IIED avait eu un intérêt financier plus dominant dans le projet.
  4. Une petite équipe régionale a veillé à la cohérence entre les cinq programmes nationaux, en identifiant des terrains d'entente et en se familiarisant avec les problèmes d'exécution dans chacun des cinq pays.
  5. Les rencontres régionales d'apprentissage et de planification impliquant trois ou quatre membres du personnel par pays ont permis aux personnels d'apprendre et de modifier leur approche et leur comportement, en adoptant les bonnes idées appliquées par d'autres pays et en les intégrant dans leurs propres plans de travail. Si le comité régional a certes établi la stratégie et les principes au niveau régional, les budgets ont été négociés entre les partenaires nationaux, normalement sans la moindre intervention régionale.
  6. Lorsque les normes administratives (p. ex. les indemnités journalières) différaient entre les partenaires, il était défini un code de pratique GWI interne. Ceci permettait aussi de clarifier les problèmes liés à la responsabilité individuelle et collective et le rôle du coordinateur national concernant des questions telles que les communications, la reconnaissance des bailleurs de fonds, la correspondance officielle, etc.
  7. Le processus régional de S&E a fourni un cadre régional clair pour tous les partenaires sur lequel ils ont pu travailler et rendre des comptes.
  8. Constamment tenir le cap sur ce que nous essayons d'accomplir, et la manière d’y arriver, plutôt que sur la question de savoir qui reçoit quel % d'un budget ou des frais généraux. Attribuer les fonds dans un processus transparent selon des règles et des lignes directrices claires.

 

Publications

 

En vue de d’apporter un changement positif et durable dans le domaine de l'eau et de l'assainissement dans les communautés rurales, les plus démunies, GWI s’est engagé dans la sphère politique.

Le rapport fournit une vue globale des réalisations de la GWI sur l’ensemble du programme en 2012 et il illustre les progrès tels que mesurés par le processus de S&E.

La stratégie régionale de la GWI a été élaborée durant un atelier de trois jours qui s’est tenu à Bamako en juin 2007, auquel ont participé tous les partenaires du programme ainsi que des personnes ressources clés et des institutions régionales.

Dès la naissance de la GWI, les partenaires ont examiné comment partager les leçons et l’expérience d’une manière qui puisse conduire à des changements en termes de politiques et de pratiques.