La Global Water Initiative (GWI) était un programme de recherche-action et de plaidoyer qui a pris place de 2008 à 2017. Le projet est maintenant clos. Ce site n'est plus mis à jour, mais l’ensemble de ses ressources restent accessibles jusqu'au 1er octobre 2020, date à laquelle il sera également fermé. Après cette date, des informations sur le projet et les principales publications de GWI resteront disponibles sur le site internet de l'IIED et dans sa section Publications.

  • English
  • Français

GIRE

La 4e session du Comité ministériel de suivi de la Gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) en Afrique de l'Ouest a été précédée, les 24 et 25 novembre, par la 10e session du Comité technique des experts

Pays: 

Guide technique pour le financement villageois des coûts d’opération et d’entretien des points d’eau

Français

Dans le domaine de l’hydraulique villageoise en Afrique, un des défis majeurs est d’assurer le fonctionnement des points d’eau d’une manière durable. Dans la perspective d’aider les autorités locales et les communautés à assurer un accès durable à l’eau et à l’assainissement, GWI Afrique de l’Ouest a développé entre 2008 et 2012 une série de guides pratiques pour permettre aux bénéficiaires et acteurs clés de prendre des décisions éclairées par rapport au choix de la technologie et du système d’approvisionnement en eau qui convient précisément à leur communauté.

Global Water Initiative : Évaluation de durabilité (2007-2012)

Français

Entre 2007 et 2012 la Global Water Initiative (GWI) a financé des programmes d'approvisionnement en eau en milieu rural à travers huit pays dans les régions d'Afrique de l'Est et de l'Ouest. Ces programmes ont inclus la construction et / ou la réhabilitation de services d'eau en milieu rural, et la création de comités de l'eau.

Les enjeux pour les petits producteurs dans l’irrigation à grande échelle – le cas des barrages de Niandouba et Confluent (Anambé) au Sénégal

Français

Ce rapport expose les résultats de la recherche sur les moyens d’existence des petits agriculteurs. L’étude a été conduite avec la participation des producteurs rizicoles installés sur les terres irriguées de la zone du barrage de Niandouba et Confluent (Anambé). Elle entre dans le cadre des initiatives prises par la Global Water Initiative (GWI) en Afrique de l'Ouest qui vise à  définir à travers les résultats, les options d’intervention qui permettraient d’améliorer les conditions d’existences des petits exploitants installés en aval des grands barrages.

Les enjeux pour les petits producteurs dans l’irrigation à grande échelle – le cas du barrage de Selingué au Mali

Français

Ce rapport expose les résultats de la recherche sur les moyens d’existence des petits agriculteurs. L’étude a été conduite avec la participation des producteurs rizicoles installés sur les terres irriguées de la zone de Bagré. Elle entre dans le cadre des initiatives prises par la Global Water Initiative (GWI) en Afrique de l'Ouest qui vise à  définir à travers les résultats, les options d’intervention qui permettraient d’améliorer les conditions d’existences des petits exploitants installés en aval des grands barrages.

Les enjeux pour les petits producteurs dans l’irrigation à grande échelle – le cas du barrage de Bagré au Burkina Faso

Français

Ce rapport expose les résultats de la recherche sur les moyens d’existence des petits agriculteurs. L’étude a été conduite avec la participation des producteurs rizicoles installés sur les terres irriguées de la zone de Bagré. Elle entre dans le cadre des initiatives prises par la Global Water Initiative (GWI) en Afrique de l'Ouest qui vise à  définir à travers les résultats, les options d’intervention qui permettraient d’améliorer les conditions d’existences des petits exploitants installés en aval des grands barrages.

Reglement Interieur du Comité Transfrontalière Gestion du Sourou (Mali, Burkina Faso)

Français

Les rôles et attributions de chaque membre clé du Comité transfrontalier de gestion du Sourou (CTGS) sont définis dans ce document. La présidence du Comité alterne entre le Mali et le Burkina Faso et lorsqu’un pays occupe la présidence, il accueille aussi les réunions. Le Comité compte trois organes : l’assemblée générale (qui se réunit normalement une fois par an), le bureau exécutif (qui se réunit au moins une fois par trimestre) et 2 comités nationaux de bassin distincts.

Accord pour l'établissement d'un Comité Transfrontalière Gestion du Sourou (Mali, Burkina Faso)

Français

Compte tenu de leurs ressources en eau partagées, la nécessité d’une collaboration transfrontalière semble évidente aux yeux des communautés et des pouvoirs publics du Burkina Faso et du Mali. Ce document constitue le fondement du Comité transfrontalier pour la gestion du Sourou (CTGS). Ce comité est constitué d’un nombre égal de représentants de l’État, des collectivités locales et des organisations de base des deux pays et il a pour mission d’apporter des conseils aux projets de gestion en eau réalisés dans le bassin du Sourou.

Etude hydrologique du bassin de la Volta noire (Ghana, Burkina Faso)

Français

Le Ghana, le Burkina Faso, le Mali et la Côte d’Ivoire partagent tous les ressources naturelles du bassin de la Volta Noire. La gestion collaborative de l’eau est donc cruciale pour instaurer et entretenir un climat de confiance mutuelle. De fait, les ressources de la Volta Noire pourraient répondre à tous les besoins en eau de la région jusqu’à 2030 au moins, et il existe beaucoup de potentiel encore inexploité (par exemple, l’essentiel des terres ghanéennes du bassin n’ont pas encore été aménagées pour une agriculture durable).

Pages