La Global Water Initiative (GWI) était un programme de recherche-action et de plaidoyer qui a pris place de 2008 à 2017. Le projet est maintenant clos. Ce site n'est plus mis à jour, mais l’ensemble de ses ressources restent accessibles jusqu'au 1er octobre 2020, date à laquelle il sera également fermé. Après cette date, des informations sur le projet et les principales publications de GWI resteront disponibles sur le site internet de l'IIED et dans sa section Publications.

  • English
  • Français

Partager les bénéfices

Définition des mesures de sécurisation foncière des périmètres irrigués au Niger

Français

Au Niger le foncier aménagé se trouve aujourd’hui face à une double problématique : d’une part les anciens propriétaires coutumiers ou leurs descendants réclament des droits de propriété sur cet espace supposé appartenir à l’État, et d’autre part les structures publiques qui gèrent ce domaine ne disposent pas de documents juridiques pour justifier les droits de l’État sur les périmètres irrigués et, en conséquence, pour protéger le foncier aménagé.

Un processus participatif pour réduire les conflits fonciers au Sénégal

Français

Cette fiche d'information examine le travail entrepris par la GWI en Afrique de l'Ouest avec des communautés rurales dans le bassin de l’Anambé au Sénégal pour vulgariser des ‘Plans d’occupation et d’affectation des sols’ (POAS) au niveau local. Cette démarche a nettement réduit le nombre de conflits fonciers dans la région et pourrait être reproduite ailleurs.

La Global Water Initiative en Afrique de l'Ouest: l'Eau pour l'Agriculture (2012–2017)

Français

Cette fiche d'information donne un aperçu du travail sur «l'eau pour l'agriculture» de la Global Water Initiative en Afrique de l'Ouest entre 2012 et 2017. La Global Water Initiative est financée par la Fondation Howard G. Buffett et le programme Afrique de l'Ouest est mis en œuvre par l'IIED et l'UICN.

Forum national sur la sécurisation du foncier irrigué au Niger

Français

Les 7 et 8 mai 2014 s’est tenu à Konni le forum national sur la sécurisation du foncier irrigué au Niger. Organisé par le ministère de l’Agriculture en partenariat avec GWI, l'événement était mis en œuvre par l’UICN et l’IIED, en collaboration avec le haut-commissariat à l’Aménagement de la Vallée du Niger (HCAVN) et le haut-commissariat à l’Initiative 3N.

Date: 
7 Mai 2014 - 8 Mai 2014
Location: 
Konni, Niger

Partager les bénéfices

Partager les bénéfices des barrages de manière équitable entre les différents secteurs et les différents usagers

Depuis 2009, la GWI en Afrique de l'Ouest travaille avec l’ensemble des parties prenantes concernées par les futurs barrages de Kandadji au Niger et Fomi en Guinée, afin de planifier un partage des bénéfices effectif avec les populations locales. Nous nous sommes concentrés sur les thèmes suivants :

Français

La recherche menée par le programme régional de la Global Water Initiative (GWI) en Afrique de l'Ouest souligne l'importance de prendre en compte les perspectives des paysans dans les politiques d'Etat afin d'assurer la sécurité alimentaire et un reto

Statut foncier des terres aménagées dans le cadre du programme Kandadji

Français

38 000 habitants seront déplacées lors de la construction du barrage de Kandadji au Niger. Nous avons réalisé une étude sur les aspects juridiques de ce déplacement, en examinant des moyens permettant à l’État d’optimiser son investissement tout en veillant à ce que la compensation des populations déplacées soit juste. Cette étude pèse le pour et le contre des différents modes de gestion des processus juridiques au sein des zones affectées par un barrage.

Définition des mesures de compensation des exploitants non-propriétaires de Kandadji au Niger

Français

La construction du barrage de Kandadji au Niger aura, entre autres, pour conséquences l’appropriation de terres de culture, propriété de détenteurs coutumiers mais dans beaucoup de cas sous-exploitations d’autres personnes non-propriétaires. L’État a proposé un bail emphytéotique d’une durée de 50 ans pour les propriétaires, en compensation de leurs droits de propriété expropriés.

Pages